4/12 – 17/12/2023

vernissage le 10 décembre à partir de 18h 30

21 rue Boyer-Barret, 75014 Paris

galerie ouverte tous les jours, 14h – 18h30 et sur rv.

Galerie Coin de ciel

La Galerie – atelier Coin de ciel propose des expositions en binôme ou collectives ainsi que des ateliers (artistiques ou de yoga ou de gym).

Atelier de Recherche…

Je m’associe dans cette présentation à Dominique Martigne. Nos travaux naissent dans un bouillonnement de curiosité et d’échanges, parfois aussi en silence d’une réflexion solitaire dans leur atelier, un véritable atelier de recherche.

Un atelier de recherche, c’est l’ouverture permanente. Il s’agit de quitter nos zones douillettes pour prendre des risques. Un atelier de recherche, c’est la mise en œuvre de tous les «on pourrait peut-être», qu’ils soient techniques ou formels, ce sont tous les essais, parfois ratés, et l’émerveillement lorsque, dans une composition, on pose un élément juste qui fera le lien entre l’artiste et le spectateur.

multitechniques…

J’ai misé encore une fois sur l’association de techniques que je pratique habituellement – gravure, photogravure et monotype photo, couture, écrits, photographie, dessin, cyanotype et collage. Dominique quant à lui présente surtout de la photogravure, mais aussi des photographies, des eaux-fortes et petits objets.

une nouvelle série de petits formats

Chacun des éléments de cette nouvelle série de « collages cousus » commencée déjà pour mon exposition à l’Ecam répond aux formats plus grands, déjà existants.

présentation de l’exposition

j’ai conçu un ensemble de travaux regroupant diverses techniques

Je travaille autour de la mémoire et de son effacement. Le cheminement que je trace est comme le passage du rêve à l’éveil, comme une recherche poétique d’un feu follet disparu. On y devine aussi bien la perte que la joie d’un retour, on pense également : recherche, trouvaille, idée, objet ou matériau.
Dans les travaux présentés, nous verrons quelques vrais mais surtout des faux souvenirs, des retranscriptions illisibles des journaux intimes, des matières, des mots épars qui font sens, des regards qui interrogent, le tout relié par une présence mystérieuse, quelques regards et…. du fil.
Ces portraits sont des ready-made, objets trouvés au fond d’un grenier, dont toute ressemblance avec des personnes réelles est fortuite, mais bienvenue. Je me saisis de l’idée de visage trouvé et de photo (et de mémoire) manquante, y compris dans les albums Mémoire-miroir, qui sont de vieux albums « d’époque ».
Nous assisterons ici, tout comme à l’ECAM lors de l’exposition Re-trouvailles, à des rencontres dadaistes ou surréalistes, des re-trouvailles d’images, d’idées sciemment décousues, d’objets trouvés et de matériaux étranges.
Le fil brodé récurrent n’est pas décoratif, il fait lien, recoud et répare. C’est aussi le fil du temps, lorsqu’un visage paraît. Les titres sont évocateurs de cette démarche : Cousons, cousine, Manquent à l’appel, Re-trouvailles.
Nous voyageons dans les mondes en poupée russe partagés où Magda nous propose de plonger dans nos propres souvenirs.

Pin It on Pinterest

Share This