il n’y a pas que la main …
mais la main appelle et entraîne
la main crée et (re)lie
la main est
ce début
attendu
tendue

butoh toute existence …. dansée
références et trouvailles magnifiques … dansées
comme si on pouvait tout raconter
avec les corps et leurs lumières … dansées
lumières … j’entends intérieures …
et on peut
tout
dire

c’est ce monde dont je ne viens
pas
là bas on voit si clair
que l’on en
redemande
le rêve devient devient et devient encore
possible

chez moi le rêve s’efface avant la nuit
et quand les réveil sonne le café
date de hier et
comment fais-tu pour vivre ?
je me dédouble et
nous vivons correctement
et
mourir n’a pas de relief
pas plus que ça
car l’obscur désir
qui
voile la pensée est celui
de mieux oublier les rêves
en y substituant
ce que l’on a
– un triste manque de frustration

attaché dans le dos
fil invisible visible
tu es attachée
dans ton dos
tout ça
te retient
tu cours
et tu y retournes
tu t’envoles et y retournes
essaie encore je te dis
non je fatigue belle
je fatigue
ce corps
visible(ment) las
m’obéit si
peu
vivement l’hiver
l’air gèlera nos souffles
dans le givre
entrelacés

pour ne pas oublier
je ne note qu’un
fragment
qui forme des fondations
stables
lorsque j’ai voulu te parler
ma vie s’est écroulée
sable …

c’est ce monde dont je ne viens
pas
là bas on voit si clair
que l’on en
redemande
le rêve devient
devient possible

chez moi le rêve s’efface avant la nuit et quand les réveils sonnent
le café date de hier
pour vivre
on vit correctement et
mourir n’a pas de relief
car l’obscur désir
qui
voile la pensée est celui
de mieux oublier le rêve
en y substituant
ce que l’on a
un triste manque de frustration

pour que ça continue
il faut le contact
des mots et phrases
du sens et du rire

juin 2014

Pin It on Pinterest

Share This